Iraq

The ‘Global Order’: Myth Teary-eyed nostalgia as cover for U.S. hegemony

By ANDREW J. BACEVICH

From: The American Conservative

shutterstock_281823848

Lotus_studio/Shutterstock 

During the Age of Trump, Year One, a single word has emerged to capture the essence of the prevailing cultural mood: resistance. Words matter, and the prominence of this particular term illuminates the moment in which we find ourselves.

All presidents, regardless of party or program, face criticism and opposition.Citizens disinclined to support that program protest. Marching, chanting, waving placards, and generally raising a ruckus in front of any available camera, they express dissent. In normal times, such activism testifies to the health of democracy.

Yet these are not normal times. In the eyes of Trump’s opponents, his elevation to the pinnacle of American politics constitutes a frontal assault on values that until quite recently appeared fixed and unassailable. In such distressing circumstances, mere criticism, opposition, protest, and dissent will not suffice. By their own lights, anti-Trump forces are fending off the apocalypse. As in November 1860 so too in November 2016, the outcome of a presidential election has placed at risk a way of life.

The very word resistance conjures up memories of the brave souls who during World War II opposed the Nazi occupation of their homelands, with the French maquis the best known example. It carries with it an unmistakable whiff of gunpowder. After resistance comes revolution.

Simply put, Trump’s most ardent opponents see him as an existential threat, with the clock ticking. Thus the stakes could hardly be higher. Richard Parker of Harvard has conjured what he calls Resistance School, which in three months has signed up some 30,000 anti-Trump resistors from 49 states and 33 countries. “It is our attempt to begin the long slow process of recovering and rebuilding our democracy,” says Parker. Another group styling itself the DJT Resistance declares that Trump represents “Hatred, Bigotry, Xenophobia, Sexism, Racism, and Greed.”

This is not language suggesting the possibility of dialogue or compromise. Indeed, in such quarters references to incipient fascism have become commonplace. Comparisons between Trump and Hitler abound. “It takes willful blindness,” writes Paul Krugman in the New York Times, “not to see the parallels between the rise of fascism and our current political nightmare.” And time is running short. Journalist Chris Hedges says “a last chance for resistance” is already at hand.

In the meantime, in foreign-policy circles at least, a second, less explosive term vies with resistance for Trump-era signature status. This development deserves more attention than it has attracted, especially among those who believe that alongside the question that riles up the resistance—namely, what values define us?—sits another question of comparable importance: “What principles define America’s role in the world?”

That second term, now creeping into the vocabulary of foreign-policy specialists, is liberal, often used interchangeably with the phrase rules-based and accompanied by additional modifiers such as open, international, and normative. All of these serve as synonyms for enlightened and good.

So Robert Kagan of the Brookings Institution, describing what he refers to as the “twilight of the liberal world order,” worries about the passing of “the open international economic system the United States created and helped sustain.” Donald Trump’s misguided emphasis on “America First,” Kagan writes, suggests that he has no interest in “attempting to uphold liberal norms in the international system” or in “preserving an open economic order.”

Commenting on Trump’s Inaugural Address, Nicole Gaouette, CNN national-security reporter, expresses her dismay that it contained “no reference to America’s traditional role as a global leader and shaper of international norms.” Similarly, a report in the Financial Times bemoans what it sees as “a clear signal about Mr. Trump’s disregard for many of the international norms that have governed America as the pillar of the liberal economic order.” The historian Jeremi Suri, barely a week into Trump’s presidency, charges Trump with “launching a direct attack on the liberal international order that really made America great after the depths of the Great Depression.” At the Council on Foreign Relations, Stewart Patrick concurs: Trump’s election, he writes, “imperils the liberal international order that America has championed since World War II.” Thomas Wright, another Brookings scholar, piles on: Trump “wants to undo the liberal international order the United States built and replace it with a 19th-century model of nationalism and mercantilism.”

In Foreign Policy, Colin Kahl and Hal Brands embellish the point: Trump’s strategic vision “diverges significantly from—and intentionally subverts—the bipartisan consensus underpinning U.S. foreign policy since World War II.” Failing to “subscribe to the long-held belief that ‘American exceptionalism’ and U.S. leadership are intertwined,” Trump is hostile to the “open, rule-based international economy” that his predecessors nurtured and sustained.

Need more? Let Gen. David Petraeus have the last word: “To keep the peace,” the soldier-turned-investment-banker writes in an essay entitled “America Must Stand Tall,” the United States has established “a system of global alliances and security commitments,” thereby nurturing “an open, free and rules-based international economic order.” To discard this legacy, he suggests, would be catastrophic.

You get the drift. Liberalism, along with norms, rules, openness, and internationalism: these ostensibly define the postwar and post-Cold War tradition of American statecraft. Allow Trump to scrap that tradition and you can say farewell to what Stewart Patrick refers to as “the global community under the rule of law” that the United States has upheld for decades.

But what does this heartwarming perspective exclude? We can answer that question with a single word: history.

Or, somewhat more expansively, among the items failing to qualify for mention in the liberal internationalist, rules-based version of past U.S. policy are the following: meddling in foreign elections; coups and assassination plots in Iran, Guatemala, the Congo, Cuba, South Vietnam, Chile, Nicaragua, and elsewhere; indiscriminate aerial bombing campaigns in North Korea and throughout Southeast Asia; a nuclear arms race bringing the world to the brink of Armageddon; support for corrupt, authoritarian regimes in Iran, Turkey, Greece, South Korea, South Vietnam, the Philippines, Brazil, Egypt, Nicaragua, El Salvador, and elsewhere—many of them abandoned when deemed inconvenient; the shielding of illegal activities through the use of the Security Council veto; unlawful wars launched under false pretenses; “extraordinary rendition,” torture, and the indefinite imprisonment of persons without any semblance of due process.

Granted, for each of these, there was a rationale, rooted in a set of identifiable assumptions, ambitions, and fears. The CIA did not conspire with Britain’s MI6 in 1953 to overthrow Iran’s democratically elected president just for the hell of it. It did so because shelving Mohammad Mosaddegh seemingly offered the prospect of eliminating an annoying problem. In 1965, Lyndon Johnson did not commit U.S. combat troops to South Vietnam because he was keen to fight a major ground war in Asia but because the consequences of simply allowing events to take their course looked to be even worse. After 9/11, when George W. Bush and his associates authorized the “enhanced interrogation” of those held in secret prisons, panic rather than sadism prompted their actions. Even for the most egregious folly, in other words, there is always some explanation, however inadequate.

Yet collectively, the actions and episodes enumerated above do not suggest a nation committed to liberalism, openness, or the rule of law. What they reveal instead is a pattern of behavior common to all great powers in just about any era: following the rules when it serves their interest to do so; disregarding the rules whenever they become an impediment. Some regimes are nastier than others, but all are law-abiding when the law works to their benefit and not one day longer. Even Hitler’s Third Reich and Stalin’s USSR punctiliously observed the terms of their non-aggression pact as long as it suited both parties to do so.

My point is not to charge à la Noam Chomsky that every action undertaken by the United States government is inherently nefarious. Rather, I am suggesting that to depict postwar U.S. policy in terms employed by the pundits quoted above is to whitewash the past. Whether their motive is to deceive or merely to evade discomfiting facts is beside the point. What they are peddling belongs to the universe of alt facts. To characterize American statecraft as “liberal internationalism” is akin to describing the business of Hollywood as “artistic excellence.”

“Invocations of the ‘rules-based international order,’” Politico’s Susan Glasser rightly observes, “had never before caused such teary-eyed nostalgia.” Whence comes this sudden nostalgia for something that never actually existed? The answer is self-evident: it’s a response to Donald Trump.

Prior to Trump’s arrival on the scene, few members of the foreign-policy elite, now apparently smitten with norms, fancied that the United States was engaged in creating any such order. America’s purpose was not to promulgate rules but to police an informal empire that during the Cold War encompassed the “Free World” and became more expansive still once the Cold War ended. The pre-Trump Kagan, writing in 2012, neatly summarizes that view:

The existence of the American hegemon has forced all other powers to exercise unusual restraint, curb normal ambitions, and avoid actions that might lead to the formation of a U.S.-led coalition of the kind that defeated Germany twice, Japan once, and the Soviet Union, more peacefully, in the Cold War.

Leave aside the dubious assertions and half-truths contained within that sentence and focus on its central claim: the United States as a hegemon that forces other nations to bend to its will. Strip away the blather about rules and norms and here you come to the essence of what troubles Kagan and others who purport to worry about the passing of “liberal internationalism.” Their concern is not that Trump won’t show adequate respect for rules and norms. What has them all in a lather is that he appears disinclined to perpetuate American hegemony.

More fundamentally, Trump’s conception of a usable past differs radically from that favored in establishment quarters. Put simply, the 45th president does not subscribe to the imperative of sustaining American hegemony because he does not subscribe to the establishment’s narrative of 20th-century history. According to that canonical narrative, exertions by the United States in a sequence of conflicts dating from 1914 and ending in 1989 enabled good to triumph over evil. Absent these American efforts, evil would have prevailed. Contained within that parable-like story, members of the establishment believe, are the lessons that should guide U.S. policy in the 21st century.

Trump doesn’t see it that way, as his appropriation of the historically loaded phrase “America First” attests. In his view, what might have occurred had the United States not waged war against Nazi Germany and Imperial Japan and had it not subsequently confronted the Soviet Union matters less than what did occur when the assertion of hegemonic prerogatives found the United States invading Iraq in 2003 with disastrous results.

In effect, Trump dismisses the lessons of the 20th century as irrelevant to the 21st. Crucially, he goes a step further by questioning the moral basis for past U.S. actions. Thus, his extraordinary response to a TV host’s charge that Russian President Vladimir Putin is a killer. “There are a lot of killers,” Trump retorted. “We’ve got a lot of killers. What, you think our country is so innocent?” In offering this one brief remark, Trump thereby committed the ultimate heresy. Of course, no serious person believes that the United States is literally innocent. What members of the foreign-policy establishment—including past commanders-in-chief—have insisted is that the United States act as if it were innocent, with prior sins expunged and America’s slate wiped clean. This describes the ultimate U.S. perquisite and explains why, in the eyes of Robert Kagan et al., Russian actions in Crimea, Ukraine, or Syria count for so much while American actions in Afghanistan, Iraq, and Libya count for so little.

The desperate exercise in historical revisionism that now credits the United States with having sought all along to create a global community under the rule of law represents that establishment’s response to the heresies Trump has been spouting (and tweeting) since his famous ride down the escalator at Trump Tower.

Yet in reclassifying yesterday’s hegemon as today’s promulgator and respecter of norms, members of that establishment perpetrate a fraud. Whether Americans, notably gullible when it comes to history, will fall for this charade remains to be seen. Thus far at least, Trump himself, who probably knows a thing or two about snake-oil salesmen, shows little inclination to take the bait.

Say this for the anti-Trump resistance: while the fascism-just-around-the-corner rhetoric may be overheated and a touch overwrought, it qualifies as forthright and heartfelt. While not sharing the view that Trump will rob Americans of their freedoms, I neither question the sincerity nor doubt the passion of those who believe otherwise. Indeed, I am grateful to them for acting so forcefully on their convictions. They are inspiring.

Not so with those who now wring their hands about the passing of the fictive liberal international order credited to enlightened American statecraft. They are engaged in a great scam, working assiduously to sustain the pretense that the world of 2017 remains essentially what it was in 1937 or 1947 or 1957 when it is not.

Today’s Russia is not a reincarnation of the Soviet Union; the People’s Republic of China is not Imperial Japan; and the Islamic State in no way compares to Nazi Germany. Most of all, United States in the era of Donald Trump is not the nation that elected Franklin Roosevelt, Harry Truman, and Dwight Eisenhower, not least of all in the greatly reduced willingness of Americans to serve as instruments of state power, as the failed post-9/11 assertions of hegemony have demonstrated.

The world has changed in fundamental ways. So too has the United States. Those changes require that the principles guiding U.S. policy also change accordingly.

However ill-suited by intellect, temperament, and character for the office he holds, Trump has seemingly intuited the need for such change. In this regard, if in none other, I’m with the Donald
But note the irony. Trump may come closer to full-fledged historical illiteracy than any president since Warren G. Harding. Small wonder then that his rejection of the mythic past long employed to preempt serious debate regarding U.S. policy gives fits to the perpetrators of those myths.

Andrew J. Bacevich is TAC’s writer-at-large.  

Interview with Dr. Joseph Goebbels

Bundesarchiv Bild 146-1968-101-20A, Joseph Goebbels.jpg

HD – Guten Morgen Herr Doktor, and thank you again for agreeing to meet me for this interview. We know that you are at the moment extremely busy.

JG – Good morning Honoré. I like your use of “we”: do you mean you and your Jewish/American friends, or is it now the “royal We”?

HD – Nothing of the sort, I can assure you, merely a reference to friends who are interested in European politics as well. If I may, I will start with some preliminary questions.

JG – Ha ha… Be my guest, I will answer all intelligent questions!

HD – It has been now some years since your last interview in English (I recall it was with the magazine “Prospect”.) Since then tremendous events have shaken our world: the financial maelstrom of 2008, the wars in the Middle East, the war in the Ukraine. I would like to know your views on these developments, including the rise of the extreme right in Europe.

JG – Mm… I am a bit confused about what you and your estimated colleagues describe as the “far right”. From the perspective of someone of my age – and remember someone the Führer tasked explicitly to remove the bolsheviks from Berlin! – there is no national-revolutionary movement in Europe at present. There might be a slow and hesitant response of some sections of the people to the appalling situation created for workers the world over by Judeo-Capitalism, not a new story. We ourselves succeeded in our enterprise – after much work and sacrifices – because precisely of the mess caused by your masters after WWI. But I probably don’t need to remind you.

HD – Perhaps we could start with this then: what, in your view, is the root case of the crisis we are living through, particularly since the beginning of the banking crisis in the US.

JG – It has all been written long ago. Re-read Mein Kampf, or, even, authors on your side of the fence: there are some worthy lessons in Karl Polanyi, for example. By the late 60’s, Judeo Capitalism decided that enough was enough, they no longer needed gloves to exploit the people. The lessons of the 30’s, the long war, all was now forgotten, buried under the consumerism they had successfully promoted since the war. Within two decades the US and the UK deindustrialised, shipping workers jobs to Asia and other slave colonies. They evidently had prepared their plan carefully. Credit replaced decent wages: the bubble grew. The hyperfinancialisation that followed could only end up in disaster. Your mentor Mr Giovanni Arrighi explained all this superbly! So now the entire building is shaken to its foundation. Moreover the Eurasian continent is moving…

HD  – Before we come to that, I must say I am very surprised to hear you quote Polanyi and Arrighi, Herr Doktor!

JG – You should not be. We, National-Socialists, have always known how to borrow from our enemies. In this case I don’t even see either of them as “enemies”. Simply they did not draw the end conclusions of their own analysis. For example, Arrighi could have drawn some useful insights from the demise of the British Empire, not just in terms of world-system, but indeed in terms of the ultimate failure of what you and your friends call “globalisation”. 

HD – Very interesting… Coming to the Middle-East, what is your analysis of what has been happening since 2001?

JG – There are two root causes, that are closely intertwined. In one sentence: Israel, and the unsolvable Palestine issue, and the “Neo-Cons”, again to borrow your vocabulary. The Neo-Cons are an extension of the Israel lobby in the US. Iraq, Libya, Syria, all are pieces on the board the Jewish state’s game. I am not teaching you anything there. What is, perhaps, relative news to you (but not to us), is the (now) evident collusion of so-called traditional Arab countries, chiefly Saudi-Arabia, and Israel . But, remember, your friend Mr Roosevelt stopped in Ryad on his way back from Yalta – for a reason! So, what we had, in sequence, a provocation (the two towers), a mock, intractable conflict (Afghanistan), and then the beginning of the onslaught, Iraq. The chaos in Iraq was, for all intelligent observers, including ourselves, unavoidable, and deliberate. Saudi money and jewish expertise flowed in, to arm and train the so-called jihadists, and demolish whatever was left of nationhood in the region. The pooddle governments of France and the UK followed suite in Libya. It’s all very clear. The thinking was that no-one in the world could do anything about it. 

HD – Until Syria… What do you think made the Russian Federation act?

JG – We have followed these events with great interest. You see, something your American friends still have not realised, is that Russia has got rid of bolshevism! Russia is reasserting itself, developing a web of alliances with those countries that will count in this and the next century. Russia was in no position to oppose the war to Iraq. Furthermore Mr Hussein was a US agent. But 2014 is not 2003: Mr Putin and his government have done some good work. Look at the statistics that matter: birth rate, industrial production, growth of the arm industry. There is no longer any reason for the US to continue pretending they are the one superpower! And then there is a simple fact, that we knew already when we planned Barbarossa: only the Eurasian landmass will survive absolute war.

HD – You mean nuclear war?

JG – Absolute war, generally, a nuclear engagement would not last very long. What matters is what would follow. We lost the war because Germany was too small. Just think of the combination of Russia and China, and a few allies. So, the bottom line is, that the US State Department and the Pentagon may rage and puff, but Syria is not Libya. From our viewpoint, the US Judeo-Capitalist nexus is on its way out. It will take time, and we are sure a lot more victims around the world. But time is against them. You reminded me of that interview with Prospect, I said it at the time: when we are back there won’t be a Soviet Union to save your bacon! Literally, there ain’t!

HD – Are you saying you are back?

JG – Not yet, but we will. And don’t mention to me those jerks in Kiev! We never trusted those guys, even when we were there in strength, liars and cowards, thugs, not soldiers! The Donbas and Crimea are different. We haven’t forgotten what it cost us to take Sevastopol!

HD – So what is next for the Ukraine?

JG – More misery in the short term. Although part of the US establishment wishes to disengage from the NATO fiasco – and let the German government get on with it – I doubt that Mr Trump will succeed in his bid. So we’ll have another four or even eight years of neocon nonsense. The situation in Eastern Ukraine will get worse, and at some point Russia may well intervene, not softly, but massively. They will show those clowns who really has control. But I may be wrong, there maybe some compromise. I know that our current government does not wish war! Just think about that: who really does?

HD – Hopefully no-one. I thank you again for your time Herr Doktor.

JG – My pleasure. I hope you are enjoying your stay in Berlin!

Photography: Bundesarchiv Bild 146-1968-101-20A, Joseph Goebbels Heinrich Hoffmann / CC-BY-SA 3.0

Εντός Των “Προσφυγικών Κέντρων”: Ένας Εργαζόμενος Μιλά ~ Inside The “Refugee Centers:” A Worker Speaks…! (Photo)

A perfect example of the sheer stupidity of western leaders without any experience of conflicts, let alone of a culture that is alien to Europe… Those pretend “refugees” are likely to be deserters from the Syrian, Afghan or Iraqi armies, more interested in predation on European gullible than fighting for their countries. In Germany the scandal of so-called refugees from Afghanistan – 13 years of NATO’s antics! – has been going on for years at the expense of German taxpayers… In the meantime the German government refuses entry visas for genuine (European) refugees from the Ukrainian civil war.

DER KAMERAD

35120arabs-large

Death threats against welfare workers, aggressive behavior, lies, forged documents, verbal abuse, misogyny, sexual attacks, and even physical assaults—these are the daily burdens which German social workers in the “refugee centers” have to face, according to a disillusioned employee who has broken her silence.

View original post 1,121 more words

L’Etat islamique, cancer du capitalisme moderne

L’« Etat islamique » est un symptôme brutal de l’aggravation d’une crise de civilisation fondée sur la dépendance aux combustibles fossiles, qui porte atteinte à l’hégémonie occidentale et met à mal le pouvoir des Etats dans le monde musulman.

Le débat sur les origines de l’Etat islamique a largement oscillé entre deux points de vue extrêmes. Certains accusent l’Occident : l’Etat islamique n’est rien de plus qu’une réaction prévisible à l’occupation de l’Irak, un autre contrecoup de la politique étrangère occidentale. D’autres attribuent purement et simplement l’émergence de l’Etat islamique à la barbarie historique ou culturelle du monde musulman, dont les croyances et les valeurs médiévales arriérées sont un incubateur naturel de ce type d’extrémisme violent.

Alors que ce débat banal se poursuit d’un ton monotone, la plus grosse évidence que personne ne veut voir concerne les infrastructures matérielles. Tout le monde peut nourrir des pensées mauvaises, horribles ou dégoûtantes. Mais elles restent de simples fantasmes à moins que l’on ne trouve un moyen de les manifester concrètement dans le monde qui nous entoure.

Ainsi, pour comprendre comment l’idéologie qui anime l’Etat islamique a réussi à rassembler les ressources matérielles nécessaires pour conquérir un espace plus grand que le Royaume-Uni, nous devons inspecter de plus près son contexte matériel.

Suivez l’argent

Les fondements de l’idéologie d’al-Qaïda sont nés dans les années 1970. Abdallah Azzam, mentor palestinien d’Oussama ben Laden, a alors formulé une nouvelle théorie justifiant la poursuite d’une guerre continue et de faible intensité par des cellules moudjahidines déployées en faveur d’un Etat panislamiste. Les doctrines islamistes violentes d’Abdallah Azzam ont été popularisées dans le contexte de l’invasion de l’Afghanistan par les Soviétiques.

Comme on le sait, les réseaux moudjahidines afghans ont été formés et financés sous la supervision de la CIA, du MI6 et du Pentagone. Les Etats du Golfe ont apporté des sommes d’argent considérables, tandis que l’Inter-Services Intelligence (ISI) pakistanais a assuré la liaison sur le terrain avec les réseaux militants coordonnés par Azzam, ben Laden et les autres.

L’administration Reagan a par exemple fourni 2 milliards de dollars aux moudjahidines afghans, complétés par un apport de 2 milliards de dollars de l’Arabie saoudite.

En Afghanistan, l’USAID a investi des millions de dollars pour fournir aux écoliers « des manuels remplis d’images violentes et d’enseignements islamiques militants », d’après le Washington Post. La théologie justifiant le djihad violent était entrecoupée de « dessins de fusils, de balles, de soldats et de mines ». Les manuels vantaient même les récompenses divines offertes aux enfants qui « arracheraient les yeux de l’ennemi soviétique et lui couperaient les jambes ».

Selon la croyance populaire, cette configuration désastreuse d’une collaboration entre l’Occident et le monde musulman dans le financement des extrémistes islamistes aurait pris fin avec l’effondrement de l’Union soviétique. Comme je l’ai expliqué lors d’un témoignage au Congrès un an après la sortie du rapport de la Commission du 11 septembre, cette croyance populaire est erronée.

Le chantage de la protection

Un rapport classifié des services de renseignement américains, révélé par le journaliste Gerald Posner, a confirmé que les Etats-Unis étaient pleinement conscients du fait qu’un accord secret avait été conclu en avril 1991 entre l’Arabie saoudite et ben Laden, alors en résidence surveillée. Selon cet accord, ben Laden était autorisé à quitter le royaume avec ses financements et partisans et à continuer de recevoir un soutien financier de la famille royale saoudienne à la seule condition qu’il s’abstienne de cibler et de déstabiliser le royaume d’Arabie saoudite lui-même.

Loin d’être des observateurs distants de cet accord secret, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne y ont participé activement.

L’approvisionnement massif de pétrole en provenance d’Arabie saoudite est au fondement de la santé et de la croissance de l’économie mondiale. Nous ne pouvions nous permettre d’être déstabilisés, et nous avons donc dû accepter ce compromis : pour protéger le royaume, il fallait le laisser financer ben Laden hors de ses frontières.

Comme l’historien britannique Mark Curtis le décrit minutieusement dans son livre sensationnel, Secret Affairs: Britain’s Collusion with Radical Islam, les gouvernements des Etats-Unis et du Royaume-Uni ont continué de soutenir secrètement des réseaux affiliés à al-Qaïda en Asie centrale et dans les Balkans après la guerre froide, et ce pour les mêmes raisons que précédemment, à savoir la lutte contre l’influence russe, et désormais chinoise, afin d’étendre l’hégémonie américaine sur l’économie capitaliste mondiale. L’Arabie saoudite, première plate-forme pétrolière du monde, est restée l’intermédiaire de cette stratégie anglo-américaine irréfléchie.

En Bosnie

Curtis relate qu’un an après l’attentat du World Trade Center de 1993, Oussama ben Laden a ouvert un bureau dans le quartier de Wembley, à Londres, sous le nom d’« Advice and Reformation Committee », depuis lequel il a coordonné des activités extrémistes dans le monde entier.

Vers la même époque, le Pentagone a acheminé par avion des milliers de moudjahidines d’al-Qaïda de l’Asie centrale vers la Bosnie, violant ainsi l’embargo sur les armes imposé par l’ONU, selon des fichiers des services de renseignement néerlandais. Ces combattants étaient accompagnés par les forces spéciales américaines. Le « cheikh aveugle » qui a été condamné pour l’attentat du World Trade Center était profondément impliqué dans le recrutement et l’envoi de combattants d’al-Qaïda en Bosnie.

En Afghanistan

A partir de 1994 environ et jusqu’au 11 septembre, les services de renseignement militaire américains ainsi que la Grande-Bretagne, l’Arabie saoudite et le Pakistan, ont secrètement fourni des armes et des fonds aux talibans, qui abritaient al-Qaïda.

En 1997, Amnesty International a déploré l’existence de « liens politiques étroits » entre la milice talibane en place, qui venait de conquérir Kaboul, et les Etats-Unis. Le groupe de défense des droits de l’homme a fait référence à des comptes-rendus crédibles « sur les madrasas (écoles religieuses) fréquentées par les talibans au Pakistan », indiquant que « ces liens peuvent avoir été établis au commencement même du mouvement taliban ».

Amnesty a rapporté que ces comptes-rendus provenaient de Benazir Bhutto, alors Première ministre du Pakistan ; cette dernière, aujourd’hui décédée, avait « affirmé que les madrasas avaient été mises en place par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, l’Arabie saoudite et le Pakistan au cours du djihad, la résistance islamique contre l’occupation de l’Afghanistan par les Soviétiques ». Sous la tutelle américaine, l’Arabie saoudite continuait de financer ces madrasas.

Les manuels rédigés par le gouvernement américain afin d’endoctriner les enfants afghans avec l’idéologie du djihad violent pendant la guerre froide furent alors approuvés par les talibans. Ils furent intégrés au programme de base du système scolaire afghan et largement utilisés dans les madrasas militantes pakistanaises financées par l’Arabie saoudite et l’ISI pakistanaise avec le soutien des Etats-Unis.

Les administrations Clinton et Bush espéraient se servir des talibans pour établir un régime fantoche dans le pays, à la manière de leur bienfaiteur saoudien. L’espoir vain et manifestement infondé était qu’un gouvernement taliban assure la stabilité nécessaire pour installer un pipeline trans-afghan (TAPI) acheminant le gaz d’Asie centrale vers l’Asie du Sud, tout en longeant la Russie, la Chine et l’Iran.

Ces espoirs ont été anéantis trois mois avant le 11 septembre, lorsque les talibans ont rejeté les propositions américaines. Le projet TAPI a ensuite été bloqué en raison du contrôle intransigeant de Kandahar et Quetta par les talibans ; toutefois, ce projet est désormais en cours de finalisation sous la direction de l’administration Obama.

Au Kosovo

Mark Curtis indique que l’OTAN a continué de parrainer les réseaux affiliés à al-Qaïda au Kosovo à la fin des années 1990, lorsque les forces spéciales américaines et britanniques ont approvisionné en armes et formé les rebelles de l’Armée de libération du Kosovo (UÇK), parmi lesquels figuraient des recrues moudjahidines. Ces effectifs comptaient une cellule rebelle dirigée par Mohammed al-Zaouahiri, frère du bras droit de ben Laden, Ayman al-Zaouahiri, qui est désormais le leader d’al-Qaïda.

Dans la même période, Oussama ben Laden et Ayman al-Zaouahiri ont coordonné les attentats de 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie depuis le bureau de ben Laden à Londres.

Il y avait toutefois quelques bonnes nouvelles : les interventions de l’OTAN dans les Balkans, conjuguées à la désintégration de la Yougoslavie socialiste, ont ouvert la voie à l’intégration de la région dans l’Europe occidentale, à la privatisation des marchés locaux et à l’établissement de nouveaux régimes en faveur du projet de pipeline trans-Balkans, destiné à transporter le pétrole et le gaz d’Asie centrale vers l’Occident.

Une réorientation de la politique au Moyen-Orient

Même après les attentats du 11 septembre 2001 et du 7 juillet 2005, la dépendance des Américains et des Britanniques aux combustibles fossiles bon marché pour soutenir l’expansion capitaliste mondiale les a poussés à approfondir cette alliance avec les extrémistes.

Vers le milieu de la dernière décennie, les services de renseignement militaire anglo-américains ont commencé à superviser les financements apportés par les Etats du Golfe, menés une fois de plus par l’Arabie saoudite, aux réseaux extrémistes islamistes à travers le Moyen-Orient et l’Asie centrale pour contrer l’influence chiite iranienne dans la région. Parmi les bénéficiaires de cette entreprise figuraient des groupes militants et extrémistes affiliés à al-Qaïda de l’Irak au Liban en passant par la Syrie, soit un véritable arc du terrorisme islamiste.

Une fois de plus, les militants islamistes furent involontairement entretenus en tant qu’agents de l’hégémonie américaine face aux rivaux géopolitiques émergeants.

Comme Seymour Hersh l’a révélé dans le New Yorker en 2007, cette « réorientation » de la politique consistait à affaiblir non seulement l’Iran, mais aussi la Syrie, où les largesses des Etats-Unis et de l’Arabie saoudite ont contribué à soutenir les Frères musulmans syriens, entre autres groupes d’opposition. Evidemment, l’Iran et la Syrie étaient étroitement alignés avec la Russie et la Chine.

En Libye

En 2011, l’intervention militaire de l’OTAN pour renverser le régime de Kadhafi a emboîté le pas au soutien important apporté à des mercenaires libyens, qui étaient en fait des membres de la branche officielle d’al-Qaïda en Libye. La France se serait vu proposer le contrôle de 35 % des ressources pétrolières de la Libye en échange de son soutien aux insurgés.

Après l’intervention, les géants pétroliers européens, britanniques et américains étaient « parfaitement prêts à tirer profit » des « opportunités commerciales », d’après David Anderson, professeur à l’université d’Oxford. Les contrats juteux signés avec les membres de l’OTAN ont pu « libérer l’Europe occidentale de l’emprise des producteurs russes qui pratiquent des prix élevés et dominent actuellement leur approvisionnement en gaz ».

Des rapports secrets établis par les services de renseignement ont montré que les rebelles soutenus par l’OTAN entretenaient des liens étroits avec al-Qaïda. La CIA s’est également servie des militants islamistes en Libye pour acheminer des armes lourdes aux rebelles du pays.

Un rapport de 2009 des services de renseignement canadiens décrit le bastion rebelle de l’est de la Libye comme un « épicentre de l’extrémisme islamiste », à partir duquel « les cellules extrémistes » ont agi dans la région. Selon David Pugliese, dont les propos sont repris dans l’Ottawa Citizen, c’est cette même région qui était « défendue par une coalition de l’OTAN dirigée par le Canada ». D’après David Pugliese, le rapport des services de renseignement a confirmé que « plusieurs groupes d’insurgés islamistes » étaient basés dans l’est de la Libye et que beaucoup de ces groupes ont également « exhorté leurs partisans à combattre en Irak ». Les pilotes canadiens plaisantaient même en privé, se disant qu’ils faisaient partie de l’armée de l’air d’al-Qaïda « dans la mesure où leurs missions de bombardement ont contribué à ouvrir la voie aux rebelles alignés avec le groupe terroriste ».

Selon Pugliese, les spécialistes des services de renseignement canadiens ont envoyé un rapport prémonitoire à l’attention des officiers supérieurs de l’OTAN en date du 15 mars 2011, quelques jours seulement avant le début de l’intervention. « Il est de plus en plus possible que la situation en Libye se transforme en une guerre tribale/civile à long terme, était-il écrit. Cela est particulièrement probable si les forces d’opposition reçoivent une assistance militaire de la part d’armées étrangères. »

Comme nous le savons, l’intervention a quand même eu lieu.

En Syrie

Au cours des cinq dernières années au moins, l’Arabie saoudite, le Qatar, les Emirats arabes unis, la Jordanie et la Turquie ont tous apporté un soutien financier et militaire considérable à des réseaux militants islamistes liés à al-Qaïda qui ont engendré l’« Etat islamique » que nous connaissons aujourd’hui. Ce soutien a été apporté dans le cadre d’une campagne anti-Assad de plus en plus intense dirigée par les Etats-Unis.

La concurrence pour dominer les tracés potentiels des pipelines régionaux passant par la Syrie et contrôler les ressources inexploitées en combustibles fossiles en Syrie et en Méditerranée orientale (au détriment de la Russie et de la Chine) a fortement contribué à motiver cette stratégie.

Roland Dumas, ancien ministre français des Affaires étrangères, a révélé qu’en 2009 les responsables du ministère britannique des Affaires étrangères lui avaient indiqué que les forces britanniques étaient déjà actives en Syrie pour tenter de fomenter la rébellion.

L’opération qui se poursuit actuellement a été étroitement contrôlée dans le cadre d’un programme secret toujours en cours, coordonné conjointement par les services de renseignement militaire américains, britanniques, français et israéliens. Des rapports publics confirment qu’à la fin de l’année 2014, le soutien apporté par les Etats-Unis aux combattants luttant contre Assad s’élevait, à lui seul, à environ 2 milliards de dollars.

Ce soutien aux extrémistes islamistes est communément considéré comme une erreur, et les faits parlent d’eux-mêmes. D’après des évaluations classifiées de la CIA, les services de renseignement américains savaient que le soutien apporté aux rebelles anti-Assad dirigé par les Etats-Unis à travers ses alliés au Moyen-Orient a toujours fini entre les mains des extrémistes les plus virulents. Toutefois, il a continué.

L’année précédant le lancement de la campagne de l’Etat islamique pour conquérir l’intérieur de l’Irak, les responsables du Pentagone étaient également conscients que la grande majorité des rebelles « modérés » de l’Armée syrienne libre (ASL) étaient en fait des militants islamistes. Ainsi que l’ont reconnu les responsables, il était de plus en plus impossible d’établir une frontière fixe entre les rebelles dits « modérés » et les extrémistes liés à al-Qaïda ou à l’Etat islamique en raison de la fluidité des interactions existant entre ces deux composantes.

De plus en plus, les combattants frustrés de l’ASL ont rejoint les rangs des militants islamistes en Syrie, non pas pour des raisons idéologiques mais simplement en raison de leur plus grande puissance militaire. Jusqu’à présent, la quasi-totalité des groupes rebelles « modérés » formés et récemment armés par les Etats-Unis sont en cours de dissolution et de défection, et leurs membres n’en finissent plus de passer du côté d’al-Qaïda et de l’Etat islamique dans la lutte contre Assad.

En Turquie

Grâce à un nouvel accord avec la Turquie, les Etats-Unis coordonnent actuellement l’approvisionnement continu en aide militaire aux rebelles « modérés » pour combattre l’Etat islamique. Pourtant, ce n’est un secret pour personne que pendant toute cette période, la Turquie a directement parrainé al-Qaïda et l’Etat islamique dans le cadre d’une manœuvre géopolitique destinée à écraser les groupes d’opposition kurdes et à faire tomber Assad.

On a fait grand cas des efforts « relâchés » de la Turquie pour empêcher la traversée de son territoire par les combattants étrangers souhaitant rejoindre l’Etat islamique en Syrie. Ankara a récemment répondu en annonçant avoir arrêté plusieurs milliers d’entre eux.

Ces affirmations sont imaginaires : la Turquie a délibérément abrité et acheminé le soutien apporté à l’Etat islamique et à al-Qaïda en Syrie.

L’été dernier, le journaliste turc Denis Kahraman a interviewé un combattant de l’Etat islamique recevant un traitement médical en Turquie ; ce dernier lui a dit : « La Turquie nous a ouvert la voie. Si la Turquie n’avait pas fait preuve d’autant de compréhension à notre égard, l’Etat islamique n’en serait pas là où il en est actuellement. Elle [La Turquie] a manifesté de l’affection à notre égard. Un grand nombre de nos moudjahidines [djihadistes] ont reçu un traitement médical en Turquie. »

Plus tôt cette année, des documents officiels de l’armée turque (le Commandement général de la gendarmerie) divulgués en ligne et authentifiés ont révélé que les services de renseignement turcs (MIT) avaient été surpris par des officiers militaires à Adana alors qu’ils étaient en train de transporter par camions des missiles, mortiers et munitions anti-aériennes « à destination de l’organisation terroriste al-Qaïda » en Syrie.

Les rebelles « modérés » de l’ASL sont impliqués dans le réseau de soutien turco-islamiste parrainé par le MIT. L’un d’eux a expliqué au Telegraph qu’il « gère désormais des refuges en Turquie hébergeant des combattants étrangers qui cherchent à rejoindre le Front al-Nosra et [l’Etat islamique] ».

Des responsables politiques ont cherché à attirer l’attention sur ce sujet, en vain. L’année dernière, Claudia Roth, vice-présidente du parlement allemand, a fait part de sa consternation face au fait que l’OTAN autorise la Turquie à abriter un camp de l’Etat islamique à Istanbul, à faciliter les transferts d’armes à destination de militants islamistes à travers ses frontières, et à soutenir tacitement les ventes de pétrole de l’Etat islamique. Rien ne s’est passé.

La coalition menée par les Etats-Unis contre l’Etat islamique finance l’Etat islamique

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ne sont pas seulement restés étrangement silencieux face à la complicité de leur partenaire de coalition qui parraine l’ennemi. Au contraire, ils ont renforcé leur partenariat avec la Turquie et coopèrent âprement avec ce même Etat-mécène de l’Etat islamique pour former les rebelles « modérés » afin de lutter contre l’Etat islamique.

Ce n’est pas uniquement la Turquie qui est en cause. L’année dernière, le vice-président américain Joe Biden a indiqué lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche que l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, le Qatar et la Turquie, entre autres, fournissaient « des centaines de millions de dollars et des dizaines de milliers de tonnes d’armes » aux « éléments djihadistes extrémistes du Front al-Nosra et d’al-Qaïda » dans le cadre d’une « guerre par procuration entre sunnites et chiites ». Biden a ajouté qu’il était impossible, à tous égards, d’identifier les rebelles « modérés » en Syrie.

Rien n’indique que ce financement s’est épuisé. Pas plus tard qu’en septembre 2014, alors même que les Etats-Unis ont commencé à coordonner les frappes aériennes contre l’Etat islamique, les responsables du Pentagone ont révélé qu’ils savaient que leurs propres alliés de la coalition finançaient toujours l’Etat islamique.

Ce même mois, le général Martin Dempsey, chef d’Etat-major des armées des Etats-Unis, a été interrogé par le sénateur Lindsay Graham lors d’une audience du Comité des forces armées du Sénat. Quand ce dernier lui a demandé s’il connaissait « un allié majeur arabe qui embrasse l’idéologie de [l’Etat islamique] », l’intéressé a répondu : « Je connais des alliés arabes majeurs qui les financent. »

Malgré cela, le gouvernement américain n’a pas seulement refusé de sanctionner les alliés en question, mais les a récompensés en les incluant dans la coalition qui est censée combattre cette même entité extrémiste qu’ils financent. Pire encore, ces mêmes alliés continuent de se voir accorder une grande marge de manœuvre dans la sélection des combattants appelés à être formés.

Des membres clés de notre coalition contre l’Etat islamique bombardent l’Etat islamique par la voie aérienne tout en parrainant le groupe en coulisses au vu et au su du Pentagone.

L’arc des Etats musulmans défaillants

En Irak et en Syrie, où l’Etat islamique est né, l’état de dévastation dans lequel la société se trouve suite à une situation de conflit prolongé ne peut être sous-estimé. L’invasion militaire et l’occupation de l’Irak par l’Occident, avec leur lot de torture et de violence aveugle, ont joué un rôle indéniable pour ouvrir la voie à l’émergence d’une politique réactionnaire extrême. Avant l’intervention occidentale, al-Qaïda était totalement absent du pays. En Syrie, la guerre brutale menée par Assad contre son propre peuple continue de justifier la présence de l’Etat islamique et d’attirer des combattants étrangers.

L’apport continu aux réseaux islamistes extrémistes d’importantes sommes d’argent et de ressources matérielles à hauteur de centaines de milliards de dollars (que personne n’a encore été en mesure de quantifier dans leur totalité), coordonné par cette même interconnexion entre gouvernements occidentaux et musulmans, a eu un impact profondément déstabilisant au cours du dernier demi-siècle. L’Etat islamique est l’aboutissement post-moderne surréaliste de cette histoire sordide.

La coalition occidentale contre l’Etat islamique dans le monde musulman se compose de régimes répressifs dont les politiques nationales ont creusé les inégalités, écrasé les dissensions légitimes, torturé des activistes politiques pacifiques et attisé des rancunes profondes. Ce sont ces mêmes alliés qui ont financé l’Etat islamique, et qui continuent de le faire, au vu et au su des services de renseignement occidentaux.

Ce, malgré l’escalade de crises convergentes qui sévissent dans la région depuis une décennie. Le professeur Bernard Haykel, de l’université de Princeton, s’est exprimé à ce sujet : « Je vois l’Etat islamique comme un symptôme d’un ensemble structurel de problèmes beaucoup plus profonds dans le monde arabe sunnite… [C’est] lié à la politique. A l’éducation et notamment au manque d’éducation. A l’autoritarisme. A l’intervention étrangère. Au fléau du pétrole… Je pense que même si l’Etat islamique venait à disparaître, les causes sous-jacentes qui sont à l’origine de l’Etat islamique ne disparaîtraient pas. Et ces causes devraient être abordées par des politiques, des réformes et des changements menés sur plusieurs décennies non seulement par l’Occident, mais aussi par les sociétés arabes. »

Pourtant, comme nous l’avons vu avec le Printemps arabe, ces problèmes structurels ont été exacerbés par une véritable tempête de crises politiques, économiques, énergétiques et environnementales interdépendantes, toutes couvées par l’aggravation de la crise du capitalisme mondial.

Dans une région en proie à des sécheresses prolongées, à une défaillance de l’agriculture, à une chute des revenus pétroliers due au pic pétrolier local, à la corruption et à une mauvaise gestion économique aggravées par l’austérité néolibérale, et ainsi de suite, les Etats locaux ont commencé à s’effondrer. De l’Irak à la Syrie, de l’Egypte au Yémen, c’est cette même interconnexion entre des crises climatiques, énergétiques et économiques qui défait les gouvernements en place.

L’aliénation en Occident

Bien que l’Occident soit beaucoup plus résistant à ces crises mondiales interconnectées, les inégalités persistantes aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Europe de l’Ouest, qui ont un effet disproportionné sur les minorités ethniques, les femmes et les enfants, s’aggravent.

En Grande-Bretagne, près de 70 % des musulmans issus d’ethnies d’Asie du Sud et près de deux tiers de leurs enfants vivent dans la pauvreté. Un peu moins de 30 % des jeunes musulmans britanniques âgés de 16 à 24 ans sont sans emploi. Selon Minority Rights Group International, la situation des musulmans britanniques en termes d’« accès à l’éducation, à l’emploi et au logement » s’est détériorée au cours des dernières années au lieu de s’être améliorée. Cette dégradation a été accompagnée d’une « augmentation inquiétante de l’hostilité ouverte » exprimée par les communautés non-musulmanes et d’une propension croissante des services de police et de sécurité à cibler de manière disproportionnée les musulmans en vertu de l’autorité qui leur est conférée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Les reportages constamment négatifs diffusés par les médias sur les musulmans, auxquels s’ajoutent les frustrations légitimes provoquées par une politique étrangère agressive et trompeuse dans le monde musulman, créent chez les musulmans britanniques un sentiment d’exclusion sociale associé à leur identité.

C’est l’ensemble de ces facteurs qui a un effet destructeur sur la formation de l’identité, et non chacun de ces facteurs pris séparément. Observés seuls, la pauvreté, la discrimination, les reportages négatifs sur les musulmans, et ainsi de suite, ne permettent pas nécessairement de rendre une personne vulnérable à la radicalisation. Toutefois, conjointement, ces facteurs peuvent forger un attachement à une identité marquée par l’aliénation, la frustration et l’échec.

La persistance de ces problèmes et leur interaction peuvent contribuer à la façon dont les musulmans de Grande-Bretagne issus de divers horizons commencent à se voir en tant que tout. Dans certains cas, cela peut générer un sentiment ancré de séparation, d’aliénation et de désillusion par rapport à la société en général. L’effet de cette identité d’exclusion sur un individu dépendra de l’environnement spécifique, des expériences et des choix de l’individu en question.

Les crises sociales prolongées peuvent jeter les bases du développement d’idéologies destructrices et xénophobes. Ces crises ébranlent les mœurs traditionnelles de certitude et de stabilité enracinées dans les notions établies d’identité et d’appartenance.

Alors que les musulmans vulnérables pourraient se tourner vers la culture des gangs ou, pire, vers l’extrémisme islamiste, les non-musulmans vulnérables pourraient adopter leur propre identité d’exclusion liée à des groupes extrémistes comme la Ligue de défense anglaise, ou d’autres réseaux d’extrême-droite.

Chez les groupes d’élites plus puissants, le sentiment de crise peut enflammer les idéologies néoconservatrices militaristes qui épurent les structures du pouvoir en place, justifient le statu quo, défendent le système déficient qui soutient leur pouvoir, et diabolisent les mouvements progressistes et ceux des minorités.

Dans ce maelström, l’injection de milliards de dollars au sein de réseaux extrémistes islamistes ayant un penchant pour la violence au Moyen-Orient donne du pouvoir à des groupes qui, auparavant, ne disposaient pas de soutiens locaux.

Alors que plusieurs crises convergent et s’intensifient tout en compromettant la stabilité de l’Etat et en attisant de plus grandes frustrations, cet apport massif de ressources dont bénéficient les idéologues islamistes est susceptible d’attirer dans le vortex de l’extrémisme xénophobe les individus en colère, aliénés et vulnérables. Ce processus se conclue par la création de monstres.

Une déshumanisation

Tandis que ces facteurs ont élevé à un niveau critique cette vulnérabilité régionale, le rôle joué par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne après le 11 septembre 2001 dans la coordination du financement secret fourni par les Etats du Golfe aux militants islamistes extrémistes à travers la région a jeté de l’huile sur le feu.

Les liens dont disposent ces réseaux islamistes en Occident signifient que les services de renseignement nationaux ont périodiquement fermé les yeux sur leurs disciples et infiltrés dans leur propre pays, ce qui a permis à ces derniers de croître, recruter et envoyer les candidats au djihad à l’étranger.

C’est pourquoi la composante occidentale de l’Etat islamique, bien que beaucoup plus petite que le contingent de combattants qui rallient le groupe depuis les pays voisins, reste largement imperméable à tout débat théologique significatif. Ils ne sont pas mus par la théologie, mais par l’insécurité d’une identité et d’un psychisme fracturés.

C’est ici, dans les méthodes de recrutement minutieusement calibrées de l’Etat islamique et des réseaux qui soutiennent l’organisation en Occident, que nous pouvons voir que le processus d’endoctrinement psychologique s’est affiné à travers les années grâce aux formations menées sous la tutelle des services de renseignement occidentaux. Ces services de renseignement ont en effet toujours été intimement impliqués dans l’élaboration d’outils violents d’endoctrinement islamiste.

Dans la plupart des cas, le recrutement de l’Etat islamique se fait en exposant les individus à des vidéos de propagande soigneusement élaborées, développées au moyen de méthodes de production avancées, et dont les plus efficaces sont remplies d’images réelles de massacres perpétrés par la puissance de feu occidentale contre les civils irakiens, afghans et palestiniens, ou par Assad contre les civils syriens.

L’exposition constante à ces scènes horribles d’atrocités perpétrées par l’Occident et la Syrie peut souvent avoir un effet similaire à ce qui pourrait arriver si ces scènes avaient été vécues directement, à savoir une forme de traumatisme psychologique qui peut même entraîner un stress post-traumatique.

Ces techniques de propagande sectaire contribuent à attiser des émotions accablantes de choc et de colère, qui à leur tour servent à anéantir la raison et à déshumaniser l’« Autre ». Le processus de déshumanisation est concrétisé à l’aide d’une théologie islamiste pervertie. Ce qui importe, ce n’est pas l’authenticité de cette théologie, mais sa simplicité. Cette théologie peut faire des merveilles sur un psychisme traumatisé par des visions de morts massives et dont la capacité à raisonner est immobilisée par la rage.

C’est pourquoi le recours à une littéralité poussée à l’extrême et à une décontextualisation complète est une caractéristique si commune aux enseignements islamistes extrémistes : en effet, pour un individu crédule ayant une faible connaissance de l’érudition islamique, à première vue tout cela semble vrai sur le plan littéral.

Basées sur des décennies d’interprétation erronée et sélective des textes islamiques par les idéologues militants, les sources sont soigneusement extraites et triées sur le volet pour justifier le programme politique du mouvement : un règne tyrannique, des massacres massifs et arbitraires, l’assujettissement et l’asservissement des femmes, et ainsi de suite ; des éléments qui deviennent tous partie intégrante de la survie et de l’expansion de l’« Etat ».

Etant donné que la fonction principale de l’introduction du raisonnement théologique islamiste extrême est de légitimer la violence et de sanctionner la guerre, celui-ci est conjugué à des vidéos de propagande qui promettent ce dont la recrue vulnérable semble manquer, à savoir la gloire, la fraternité, l’honneur et la promesse du salut éternel, peu importent les crimes ou délits pouvant avoir été commis par le passé.

Si vous ajoutez à cela la promesse du pouvoir (le pouvoir sur leurs ennemis, le pouvoir sur les institutions occidentales censées avoir éliminé leurs frères et sœurs musulmans, le pouvoir sur les femmes), ainsi qu’un habit religieux et des revendications de piété suffisamment convaincants, alors les sirènes de l’Etat islamique peuvent devenir irrésistibles.

Cela signifie que l’idéologie de l’Etat islamique n’est pas le facteur déterminant de son éclosion, de son existence et de son expansion, bien qu’il soit important de la comprendre et de la réfuter. L’idéologie est simplement l’opium du peuple dont il se nourrit et nourrit ses potentiels disciples.

En fin de compte, l’Etat islamique est un cancer du capitalisme industriel moderne en plein effondrement, un sous-produit fatal de notre dépendance inébranlable à l’or noir, un symptôme parasitaire de l’escalade des crises de civilisation qui secouent à la fois le monde musulman et le monde occidental. Tant que l’on ne s’attaque pas aux racines de ces crises, l’Etat islamique et ses semblables ne sont pas prêts de disparaître.

– See more at: http://www.middleeasteye.net/node/39507#sthash.GwHP0k33.dpuf

Whatever is Left of the Levantine Spirit?

Orientalism

Pt4 – The truth behind the #refugeescrisis: mass-migration as part of a ‘greater’ agenda

Simple enough…

Global Political Analysis

Obama Merkel

The Syrian war is not what it seems – not a fuzzy religious or civil war-saga – but a milestone in the long line of wars waged by the global cartel against those countries who are unwilling to surrender to the NWO-coercion in any other way. To achieve the goal that eventually all national Governments surrender to the diktats of the global cartel by adoping the NWO-compliant Orwellian social-economic and political policy, the cartel deploys the following “recipe”.

The truth about the Middle East wars (versus the media-myths)

By entering the Syrian war-scenes, with resounding success against ISIS, Russia gave a check-mate to the global cartel and delivered a spectacular blow to the misleading mainstream narrative.  Since then each move and utterance by the US reveals more of the lies about NATO’s “humanitarian role” and “war on terror”, while the truth about the actual reasons for the never-ending wars in…

View original post 1,306 more words

“The Peace of Illusions, American Grand Strategy from 1940 to the Present” – Christopher Layne

We are defending a way of life and must be respectful of it as we proceed in our problem of building up strength, not only as not to violate its principles and precepts, but also not to destroy from within what we are trying to defend from without.” –  Pdt. Dwight Eisenhower, North Atlantic Council Meeting, April 24, 1953

Among precautions against ambitions, it may not be amiss to take one precaution against our own. I must fairly say, I dread our own power and our own ambition; I dread our being too much dreaded… It is ridiculous to say we are not men, and that, as men we shall never wish to aggrandise ourselves in some way or other… we may say that we shall not abuse this astonishing and hitherto unheard of power. But every other nation will think we shall abuse it. It is impossible but that, sooner or later, this state of things must produce a combination against us which may end in our ruin.” – Edmund Burke, “Remarks on the Policy of the Allies with Respect to France”, 1791

Edmund BurkeIn his compelling study of “American Foreign Policy and its Thinkers” Perry Anderson observes that “At every stage of American imperial expansion, from the nineteenth century onwards, there was a scattering of eloquent voices of domestic opposition, without echo in the political system. Strikingly, virtually everyone of the most powerful critiques of the new course of empire came from writers of a conservative, not radical, background… Christopher Layne, holder of the Robert Gates Chair in Intelligence and National Security at the George Bush School of Government and Public Services at Texas A&M, has developed the most trenchant realist critique of the overall arc of American action from the Second World War into and after the Cold War – a fundamental work.”

We believe that for any serious student of American Foreign Policy, this work has its place next to Nicholas Spykman’s “America’s Strategy in World Politics”, Schurmann’s “The Logic of World Power”, Arrighi’s “The Long Twentieth Century”, and Paul Kennedy’s “The Rise and Fall of the Great Powers”. In two hundred pages of densely researched analysis, Mr. Layne deconstructs the logic of a US foreign policy born from Wilsonian ideology, in the aftermath of the Great War, and from the unmovable belief in the economic and political necessity of the “Open Door”. The latter “posits that closure abroad – either economic or ideological – would endanger the safety of America’s core values by forcing the United States to adopt regimented economic policies and to become a garrison state.” The book is, fundamentally, about US hegemony. Its conclusion is that, since the early 1940s, the US has pursue a grand strategy of extra regional hegemony which, as many others in history, will prove self-defeating, as they result in “counter hegemonic balancing and imperial overstretch”.

To my generation, born in the decade that followed WWII, the overwhelming political reality of our world was the Cold War. By contrast, Layne shows that, despite their role in US foreign policy, the Cold War and the Soviet “threat”, were, strategically, secondary, and far more relevant to Western European would-be great powers, inasmuch as that perceived threat made Europe more willing (less unwilling?) to accept American continued dominance, well after it had recovered from the war. The bipolar world that prevailed from 1945 until 1991, and the implosion of the USSR, did not determine US policy but hegemonic ambition and the Open Door imperative did. The evidence is clear to see today: the fall of the USSR, and thus the disappearance of the “Soviet threat”, have left US policy unchanged, NATO bigger than ever, and a massive US military presence in East Asia, central Europe and the Middle East. Since 1991, wars have been fought, at enormous costs, in order to maintain US hegemony and control (aka “protection”) of its “allies”.

One of the risks Layne identifies in current US policy, for America itself, is that of being drawn into Eurasian conflicts, in the name of its client states (South-Korea, Japan, the new NATO members in central Europe) which he considers to be secondary to American interests. On the nature of US strategic interests, it is only in the conclusion, that Layne touches on the complex subject of who really profits from current policies, given the catastrophic impact of those policies on the US economy and indebtedness. The present ideology has transformed the US, if not in a garrison state, but a national security state, characterised by “the expansion of state power, the accretion of power in the imperial presidency (and the concomitant diminution of congressional authority in the realm of foreign affairs), the decay of traditional social institutions, and a general coarsening of public discourse.”

“Dominant elites do not hijack the state; they are the state. The United States has pursued hegemony because that grand strategy’s served the interests of the dominant elites that have formed the core of the US foreign policy establishment since at least the late 1930s, when the New Deal resulted  in the domestic political triumph of… “multinational liberalism”. At the core of the multinational liberal coalition were the large capital-intensive corporations that looked at overseas markets and outward-looking investment banks.” What chance has the alternative strategy, offshore balancing and a gradual withdraw of the US military presence in Eurasia and the Middle-East, advocated by Layne and the modern days realists?

“Unless it undergoes a Damascene-like intellectual conversion, as long as the present foreign policy elite remains in power the United States will remain wedded to a hegemonic grand strategy. It probably will take a major domestic political realignment – perhaps triggered by setbacks abroad or a severe economic crisis at home – to bring about a change in American grand strategy.”

Image: “EdmundBurke1771” by Joshua Reynolds – National Portrait Gallery. Licensed under Public Domain via Wikimedia Commons – http://commons.wikimedia.org/wiki/File:EdmundBurke1771.jpg#/media/File:EdmundBurke1771.jpg

Ukraine: The Danger of False Narrative | Common Dreams | Breaking News & Views for the Progressive Community

Ukraine: The Danger of False Narrative | Common Dreams | Breaking News & Views for the Progressive Community.

… And they dug their own graves…

The Russia They Lost

Native Americans would like to know how cool America ever was…

SLAVYANGRAD.org

185065.b
Original article by Dmitry Sokolov-Mitrich: http://www.pravoslavie.ru/jurnal/73443.htm
September 8, 2014
Translated by: Daniil Mihailovich
Edited by: S. Naylor


We loved America. I remember, we did. When we were teens, growing up in the early 90s; most of my friends the same age did not even question their attitude toward Western civilization. It was great, how could it be otherwise?

Unlike our grandfathers and even fathers, we did not think of the USSR falling apart – the “greatest geopolitical catastrophe of the XX century” – as a disaster. For us it was the beginning of a long journey. Finally, we would break out beyond the Soviet shell into the big world – limitless and cool. Finally, we would quench our sensory deprivation. We are born, maybe not in the right place, but certainly at the right time – or so we thought. It’s hard to believe now, but even the Orthodox Church…

View original post 1,247 more words

The US of A’s destiny – #tyranny #fascism #NativeAmericans #genocide

Herausgegeben vom Reichsministerium des Innern - Reichsgesetzblatt I 1935 S. 1145As an old European (old enough anyway to remember clearly the glorious behaviour of France and the UK after WWII), and a friend of the USA, now observer of the tragedies of Palestine and Eastern-Ukraine, I often wonder what pushes the United States governments, irrespective of colours, with the apparent approval, even if passive, of a sizeable section of the white US electorate, to fund, arm, lie on behalf of, abject rightwing régimes the world over. The record is not arguable, from Chang-Kai-Shek to the new-born Nazi humunculi of Kiev, via Franco, a variety of South and Central American dictators, the fascistic colonels in Greece, the not too glorious generals of the so-called Republic of South-Vietnam, Signor Pinochet, the clownesque but lethal Mobutu, without forgetting the evil dynasty of Saud.

Of course, I understand the marxian analysis: corporate interests lie with conservative governments, that know how to protect divine private property and assets, if necessary by massacring their citizens, or their neighbours. America is the supreme, all-powerful, bully to the service of such interests, and protector of last resort of Capital Accumulation.

It does not entirely explain the taste of generations of US politicians to deny, or justify under ludicrous reasons, and more lies, the genocidal crimes committed by themselves, or under their protection, from the destruction of undefended German and Japanese cities in WWII, to the burning of Korean cities in 1954, the bombing and chemical onslaught on Viet-Nam, the removal of countless democratically elected governments (such as in the Congo and Iran), the active support (and arming) of Saddham Hussein’s criminal war against the Islamic Republic of Iran – and recently the use of weapons of mass destruction, directly or by proxy, in Iraq, Libya, Syria and Afghanistan, and now the Ukraine.

Perhaps, to understand the logic, one has to go as far back as the Indian Removal Act of 1830, and the Trail of Tears, the thousands and thousands of Native Americans butchered to make space for the cream of European “colonists”. For the truth is here: the US élite is the extension, in direct line, of the same variety of ruthless, immoral, criminals that dominated Europe for centuries. For the Indian lands of North and South America, read Indochina, North Africa, those rich colonies plundered by western powers. The quasi-elimination of the Native population of America is, with slavery, the greatest genocide of all.

One day, in his Spandau jail, Albert Speer explained that the model for the Nazi racial laws of 1935 were indeed inspired by the Indian Removal Act. The loop is closed.